Articles

FICHIER AMEPI

Image
Connaissez-vous le fichier Amepi ? Le fichier AMEPI est un fichier commun d'offres immobilières alimenté par des agents immobiliers locaux, toutes enseignes confondues.  AMEPI c'est quoi ? Le sigle Amepi signifie Association des mandats exclusifs des professionnels de l'immobilier. Créé en mai 2009 à l'initiative des grands acteurs du marché de la transaction (CENTURY 21, Orpi, Era, Laforêt, l'Adresse, Guy Hoquet) et les trois syndicats nationaux (Fnaim, Unis et Snpi), ce fichier recense à ce jour 36.600 appartements ou maisons en "exclusivité". Concrètement, c'est un fichier informatique où les agents immobiliers adhérant à une association locale mettent en commun tous leurs mandats exclusifs. Cette base de données est accessible à toutes les agences, qu'elles soient ou non indépendantes ou membres ou pas d'un réseau commercial ou de franchise. Uniquement consultable par ces mêmes professionnels, le fichier Amepi propos

PRIX DE L’IMMOBILIER A TOULOUSE

Image
Prix de l'immobilier à Toulouse. Faible progression, mais hausse constante pour les prix de l'immobilier à Toulouse. Avec une moyenne affichée de 2 870 € par m², les tarifs séduisent les acheteurs et les investisseurs en quête de belles opportunités dans une ville dynamique, porteuse et ensoleillée.  Prix de l'immobilier à Toulouse : évolution Toulouse attire chaque année plus d'acquéreurs. Destinés aux locataires ou aux propriétaires occupants, les logements neufs et anciens se vendent très rapidement. Avec une offre inférieure à la demande, les prix de l'immobilier à Toulouse affichent donc une tendance haussière. Le coût moyen d'une maison ancienne est aujourd'hui de 3 150 €/m² (entre 2 600 et 3 940 €/m²), contre 3 480 €/m² pour une maison neuve (entre 3 000 et 3 880 €/m²). Pour un appartement ancien, le prix moyen est de 2 740 €/m² (entre 2 150 et 3 460 €/m²), contre 4 100 €/m² pour un appartement neuf (entre 3 680 et 4 530 €/m²). F

NOUVEAU DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

Image
Ce qui vous attend avec le nouveau diagnostic de performance énergétique. Le gouvernement exige que les résultats du DPE soient mieux communiqués aux acheteurs et aux locataires. Les 7 millions de «passoires thermiques», ces logements mal isolés, sont dans le viseur du gouvernement . À partir de cette année, les propriétaires sont incités à faire passer leurs  logements  énergivores, classés F ou G au moins au niveau E. Cette donnée figure dans votre diagnostic de performance énergétique (DPE) qui donne une estimation de la consommation énergétique de votre logement. Aucune sanction n’est prévue avant 2028 (2033 pour les copropriétés en difficulté) pour les propriétaires qui ne se seraient pas exécutés. En revanche, dès le 1er janvier 2021, le diagnostic de performance énergétique qui, jusque-là, n’avait qu’une valeur informative, sera désormais opposable. Comme tous les autres diagnostics fournis lors de la mutation d’un bien immobilier. Autrement dit, un acquéreur (dan

LA TAXE SUR LES CABANES

Image
La taxe sur les cabanes de jardin augmente encore en 2020. La taxe d’aménagement flambe toutefois moins que ces dernières années. Le figaro  fait le point sur cet impôt instauré en 2012. Une bonne nouvelle fiscale en cache souvent une mauvaise. Les propriétaires viennent d’en faire l’amère expérience. Récemment, vous avez sans doute appris que la taxe sur les micro-logements, qui n’a pas beaucoup rempli les caisses de l’État, a été supprimée. Sachez que la taxe d’aménagement va augmenter en 2020 (du 1er janvier au 31 décembre), selon un arrêté qui vient d’être publié au Journal officiel. • Comment est calculée la taxe d’aménagement? Le montant de la taxe d’aménagement est calculé sur la base d’un taux fixé par la collectivité territoriale. Il se compose d’un taux communal (ou intercommunal) - entre 1% et 5% selon la ville mais peut monter jusqu’à 20% en période d’importants travaux ou de constructions d’équipements publics (article L331-15 du Code de l’urbanisme) - et

ELECTRICITE

Image
À surface égale, c’est le chauffage à l’électricité qui coûte le plus cher, devant le fioul et le gaz, selon une étude d’Effy, spécialiste de la rénovation énergétique. Près de 1700 euros. C’est le montant moyen (1696 euros exactement) déboursé en 2019 par les Français pour chauffer leur logement, selon un sondage réalisé par Effy, société spécialisée dans la rénovation énergétique auprès de plus de 50.000 personnes (!). Soit l’équivalent de plus d’un mois de salaire pour un employé payé au smic (fixé à 1539,42 euros bruts par mois pour 2020). D’une source d’énergie à l’autre, les disparités s’avèrent très importantes. Ainsi, les foyers qui dépendent du fioul ont dépensé la somme la plus élevée: 1913 euros en moyenne. À l’inverse, les détenteurs d’installations au bois ont opté pour la solution la plus économe puisqu’ils n’ont déboursé «que» 759 euros l’année dernière. Les consommateurs de gaz et d’électricité allouent quant à eux respectivement 1446 euros et 1802 euros à